• Charges structurelles fixes : loyers, frais d'électricité, d'eau, de gaz, frais de personnel, assurance, location de gros matériel, achat de matériel et de petit outillage… Elles sont indépendantes du niveau d'activité de l'avocat et acquittées, bien souvent, mensuellement.
  • Charges variables : cotisations sociales personnelles (URSSAF, assurance maladie, caisse de retraite), cotisations professionnelles, taxe professionnelle, achat de consommables, frais téléphoniques, frais de documentation, frais de déplacement. Elles évoluent chaque année en fonction du niveau d'activité de l'avocat.

Lorsque l'avocat a acquitté l'ensemble de ces charges, il doit bien évidemment lui rester de quoi pouvoir vivre décemment chaque mois.

Un cabinet d'avocat se doit donc d'avoir une certaine rentabilité, faute de quoi, il sera amené rapidement à disparaître.

Il ne faut donc pas comparer le salaire net d'un salarié avec les honoraires, qui constituent le chiffre d'affaires et non le revenu, de l'avocat. Le revenu mensuel définitif de l'avocat correspond en moyenne à 20-25 % de son chiffre d'affaires mensuel.

De plus, la plupart des avocats sont assujettis à la TVA. Les honoraires réclamés hors taxes aux clients doivent être majorés du coût de la TVA, soit 19,6 %.

Enfin, toutes les heures passées par l'avocat à travailler à son cabinet ne sont pas facturées.

En effet, ne sont facturables que les heures durant lesquelles l'avocat accomplit des diligences dans un dossier. Cela concerne notamment les consultations sur rendez-vous, les entretiens téléphoniques, l'étude des pièces du dossier, les recherches juridiques, la communication des pièces, la rédaction de correspondances et d'actes juridiques, la préparation du dossier de plaidoirie et la plaidoirie elle-même.

En moyenne, une heure de travail sur deux est facturable.

Ne sont pas facturables les temps de déplacement aux juridictions, certaines pourtant éloignées du cabinet de l'avocat, ainsi que les délais d'attente, parfois très longs, à une audience, avant de plaider un dossier.

Vous savez maintenant pourquoi les avocats coûtent si cher.